Le sucre, un amour impossible !

Le sucre : vous êtes drogués à votre insu !

 

Je vous entend déjà : « Comment ça ? Moi, drogué ? Même pas en rêve ! Et au pire, les desserts et le sucre dans mon café, j’arrête quand je veux ! »

 

– Ok, d’accord, je vous crois ! Même si pour certains, cela prendra un peu de temps, vous pouvez le faire. Reste encore à voir combien de temps vous tiendrez !

 

Vous n’avez pas l’impression d’être accroc, comme un fumeur peut l’être à sa cigarette, et pourtant ce n’est pas si simple. Quand on vous dit « sucre », vous imaginez ces jolis petits cristaux blancs ou ce petit carré blanc qui plonge dans votre café en éclaboussant gracieusement votre main.

 

Vous savez également qu’il y en avait dans votre salade de fruit de ce midi. Et pourtant, cette salade de fruit vous donnait bonne conscience par rapport à l’éclair au chocolat que votre voisin s’engouffrait en se léchant les babines !

Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que votre sandwich jambon beurre, votre paquet de chips et même la petite vinaigrette allégé qui agrémente votre salade, en contiennent presque autant !

Et à moins d’adopter le régime paléolithique (attention, je ne cautionne pas) ou de passer 3 heures à faire vos courses pour décortiquer chaque étiquette, vous ne pourrez que très difficilement y échapper.

Mais comment en sommes nous arrivés là ?

Et pourquoi aime t-on tellement le sucre ? Et en quoi est-ce une addiction ?

Pourquoi le sucre est dangereux pour notre santé ?

Et comment allons-nous en sortir ? Comment déjouer les pièges si on ne sait même pas où ils se trouvent ?

Cela fait des mois que je lis des livres et des articles sur ce sujet donc je vais essayer de répondre à ces questions le plus synthétiquement possible et en vous donnant mes sources bien sûr mais aussi des solutions et des astuces pour vous libérer de cette emprise.

 

Conditionnés au sucre depuis notre plus tendre enfance

 

De façon universelle les bébés rejettent les saveurs amères et acides et préfèrent le sucré.

Cette préférence pour le sucré est innée : elle permet à l’enfant de consommer avec plaisir ce qui est bon pour lui, c’est à dire ce qui le nourrit, en particulier le lait maternel qui est précisément gras et sucré. Le dégoût pour les saveurs amères et acides est aussi un réflexe inné : il permet de protéger l’enfant de la consommation d’aliments potentiellement toxiques qui pour la plupart ont un goût amer ou acide.

Donc jusque là, tout va bien, c’est parfaitement naturel. Et comme chacun sait les enfants, en pleine croissance à la fois physique et intellectuelle, ont des besoins en énergie très élevés. Les sucres, que l’on appelle également glucides, sont transformés en glucose par l’organisme. Le glucose est la principale source d’énergie utilisée par le corps et c’est aussi la seule forme d’énergie utilisable par le cerveau donc sans glucose, un corps ne peut tout simplement pas fonctionner !

Les sucres, ou plutôt les glucides, il faut donc en consommer sans toutefois en abuser ! mais il semble évident, qu’une fois arrivé à l’âge adulte, les besoins diminuent : la croissance est terminée et même si notre cerveau a toujours besoin de glucose, notre corps aura la fâcheuse tendance à stocker le surplus sous forme de graisse et à se révolter en provoquant hypertension, diabète, etc.

Dès l’enfance, il est donc important de distinguer les bons et les mauvais sucres, c’est à dire, ceux dont notre cerveau et notre corps a besoin et ceux qui n’apporteront à l’organisme que des calories débarrassées des fibres, minéraux et vitamines que l’on trouve dans les sucres qui ne sont pas raffinés et que l’on trouve dans les céréales entières, les légumes racines et les fruits.

Mais si comme moi, vous êtes nés dans les années 70 ou 80, on vous a trompés ! En voulant écrire cet article, je me suis souvenu d’une publicité que l’on voyait à l’époque à la télévision (avec seulement 3 ou 4 chaînes à cette époque, on ne pouvait pas y échapper). Je l’ai recherché et retrouvé. Cela vous rappellera des souvenirs

Allez, je l’avoue : j’ADORAIS cette pub. Je la regardais à chaque fois qu’elle passait. C’était en 1988. Et dans ma petite tête d’enfant, j’étais persuadée que le sucre (dans cet état là) était bon pour la santé et qu’il fallait en manger. D’autant que vous remarquerez qu’il n’y a aucune marque citée, on parle juste du sucre.

 

Je me souviens également que mes grand-parents me racontaient que, pendant la guerre, ils avaient manqué de sucre. Et tous les grand-parents de l’époque racontaient cela à leurs enfants. Donc que s’est-il passé dans les années 90 ? Un phénomène incroyable que vous allez trouver stupide aujourd’hui ! La France venait de déclarer la guerre à l’Irak et tous les supermarchés de France se sont retrouvés du jour au lendemain (ou presque) vidés de leur stock de sucres ! Je vous jure : les gens se rappelaient la guerre de 39-45 et avaient peur de manquer !!!! J’hallucinais ! J’avais 20 ans à l’époque et je ne comprenais pas pourquoi « le sucre » ?

 

Donc tout cela pour en venir au fait que vous n’êtes pas forcément responsable de votre dépendance au sucre et que les médias ont fortement contribué à cet état. Aujourd’hui, on nous répète, à tour de bras, qu’il faut manger moins gras, moins sucré… et oui mais à qui la faute ? Au même média qui dans les années 80 nous diffusait de magnifiques pubs pour le sucre !

 

Pourquoi le sucre devient une addiction ?

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi vous aviez tellement envie de sucre dès que votre moral était en baisse ? Un chagrin d’amour, un gros coup de stress et on se retrouve comme Bridget Jones avec son pot de glace :

De la même façon, une grande réussite, un diplôme obtenu, un projet terminé et il faut fêter ça ! Champagne et ….. petits gâteau bien sûr ! C’est la récompense !

Mais d’où ça vient ? Allez, on va encore se replonger dans notre enfance ! Rappelez-vous : que se passait-il quand vous tombiez et que vous vous faisiez mal ? Ou encore quand vous vous disputiez avec votre meilleur ami et que les larmes ne cessaient de couler ? … Votre maman ou mamie arrivait avec un joli bonbon et soudain tout allait mieux ! Consolation !

Quand on allait chez le docteur pour faire un vaccin par exemple et que nous avions été très courageux, le docteur nous donnait un bonbon ! Récompense ! et oui !

Vous voyez l’astuce ? Le sucre, dans notre esprit est assimilé à consolation et récompense ! Donc quand rien ne va plus, la première pâtisserie sur notre route, se retrouve plus riche de quelques euros et notre glycémie monte en flèche.

Ce qui pourrait également expliquer pourquoi on a envie de sucre dès qu’on se met au régime : le régime implique restriction et qui dit restriction, dit punition. Or nous n’avons rien fait pour être puni donc c’est une punition injuste et il faut nous consoler …. donc envie de sucre et là commence le cercle vicieux !

 

Je voulais vous citer un extrait d’un excellent article sur l’addiction au sucre écrit dans le blog d’Ophélie www.lotus-bouche-cousue.fr :

« Cela fait un an que je ne suis plus dépendante du chocolat, du moins que je canalise ce penchant, ce qui est déjà une belle victoire. Je parviens à dire au restaurant en fin de plat « non pas de dessert, un café merci » ce qui est croyez-moi un exploit. Le chocolat appelle le chocolat. Le sucre appelle le sucre. Ce qui veut dire aussi que moins on en mange moins on en ressent la nécéssité. »

Voici le lien vers l’article : cliquez ici

Certains en viennent à se demander si le sucre est aussi addictif que la cocaïne. Je ne pense pas qu’il faille en arriver à de telles aberrations qui sont surtout des titres racoleurs. Je pense d’ailleurs que les fumeurs confirmeront qu’il est plus facile d’arrêter le sucre que la cigarette. Donc oui le sucre est mauvais pour la santé, oui il est addictif mais non, ce n’est pas une drogue dure et je ne pense pas que l’on puisse mourir d’une overdose de sucre, à moins d’avoir un diabète sévère non soigné.

 

De plus, je pense aussi qu’il ne faut pas confondre pulsion et addiction. La pulsion agit sur un instant T et nous incite à manger du sucre. L’addiction agit sur le long terme et provoque un malaise lorsqu’il y a état de manque. Et le fait d’avoir tous les jours envie de sucre à la même heure est surtout dû à l’habitude. Preuve en est que lorsqu’on a l’esprit très occupé au même moment, on pourra ne pas ressentir cette envie. Donc il ne s’agit pas d’une véritable addiction.

 

Ceci est une très bonne nouvelle parce que ça veut dire qu’on va pouvoir arrêter le mauvais sucre sans douleur mais avec juste un peu de volonté et quelques bons conseils.

 

Comment savoir où se trouvent les mauvais sucres ?

 

Comme vous l’avez lu dans l’introduction, les sucres se trouvent partout même là où ne s’y attend pas. Mais attention, il n’est pas question de le supprimer complètement de notre alimentation. Ce serait une mauvaise idée et de toute façon, vous ne tiendriez pas dans le temps.

Les aliments à supprimer impérativement et le plus rapidement possible

 

 

– Les jus de fruits et les sodas

Les sodas bien sûr et tous les sodas, même les sodas 0, sans sucre, etc.. Pourquoi ? Parce que s’ils sont sans sucre, c’est qu’ils contiennent énormément d’édulcorants et ceux-ci sont de plus en plus controversés. De plus, ils ne feront qu’attiser votre addiction au sucre donc pas d’édulcorant non plus.

Le seul édulcorant que je m’autorise de temps en temps est la Stévia mais vraiment de temps en temps parce que c’est cher !

Quant aux jus de fruit, ils ne sont que des fruits vidés de leurs fibres. Donc il ne reste que le fructose, soit le sucre des fruits. C’est peut-être moins mauvais que les sodas mais cela reste du sucre. Si vous tenez absolument à en boire, diluez les avec un peu d’eau jusqu’à pouvoir vous en passer définitivement.

– Les plats préparés du commerce

Tout le monde vous le dira : ils contiennent énormément de sucres cachés, sans compter les conservateurs et les additifs.

De plus ils sont vraiment cher pour ce que cela représente en quantité et vous pouvez être sûrs que vous aurez faim deux heures plus tard. Donc à bannir !

Si vraiment, vous avez une contrainte et qu’il vous est impossible de faire autrement, allez plutôt au rayon surgelés. Vous aurez les conservateurs en moins ! Mais cela doit rester exceptionnel.

– Les céréales du petit-déjeuner

Elles contiennent également une sacrée dose de sucre et même si on se donne bonne conscience en mangeant des céréales “fitness”, on se retrouve malgré tout avec un joli pic de glycémie. Pour alléger tout ça, rien de telle que des flocons d’avoine, des graines de chia ou encore du pain complet et j’insiste sur le “complet” …..

– Les pâtisseries

Vous saviez que j’allais y venir… ! C’est bien évident et surtout la pâtisserie industrielle. Donc mangez-en moins mais venant d’une bonne pâtisserie. Et finalement le mieux est de les confectionner soi-même en supprimant le sucre blanc et en le remplaçant par des sucres moins glycémique comme le sucre de coco, le rapadura, le sirop d’agave ou encore le miel. Vous verrez que vous ne sentirez pas la différence.

 

– Les charcuteries

Non, non je vous assure que c’est vrai ! Pourquoi croyez vous que votre jambon est aussi rose ? Regardez les étiquettes : dès qu’un ingrédient se termine en “..ose” c’est du sucre !  Ah oui, je sais, c’est dur à entendre…

– Lactose, fructose et tout le toutim

Et voilà dans le lait de vache, il y a du lactose ! c’est bon pour la croissance ! Mais vous ne grandissez plus non ? Bref, faites vous plaisir avec un bon fromage de temps en temps mais remplacez le lait par du lait végétal comme le lait d’amande ou le lait d’avoine. Je ne parle pas du lait de soja parce que c’est controversé et en plus c’est vraiment spécial comme goût ! 

 

Ahh je vous entends déjà me dire “on ne peut plus rien manger alors ?” ! Et bien si mais tout est question de modération. Allez je vous donne la solution :

 

La solution

Non la solution n’est pas d’arrêter de manger tout ce qui est cité plus haut ! Par contre le fait d’en être conscient est déjà une bonne chose. 

A mon avis, la seule chose à vraiment arrêter ce sont les sodas et boissons sucrées en tout genre. Pour le reste, il suffit de réduire sa consommation dans un premier temps, sauf si bien sûr vous avez déjà des problèmes de diabète et dans ce cas votre médecin vous a déjà fait la liste de tout ce que vous devez supprimer.

Cet article n’est pas là pour vous dire mangez ceci plutôt que cela mais pour vous faire prendre conscience que le sucre est partout et sous des formes que l’on ne soupçonne même pas.

Peut-être, après tout, n’avez vous aucun problème de surpoids (oh comme je vous envie !) mais ces sucres sont non seulement une source de mauvaise santé à venir (comme le diabète) mais la recherche médicale en vient à penser que d’autres maladie comme Alzheimer pourraient prendre leur origine dans toute cette malbouffe ! 

Une nouvelle étude parue dans l’American Journal of Clinical Nutrition montre que chez des personnes ne présentant pas de troubles cognitifs, une alimentation riche en sucres et en aliments à index glycémique élevé augmente la quantité de plaques amyloïdes dans le cerveau, augmentant ainsi le risque de progression vers une maladie d’Alzheimer.

Et au final, on se sent vraiment maltraité par cette société de consumérisme qui nous mène à notre perte. 

 

J’ai commencé à m’intéresser au sujet, il y a plus d’un an déjà et j’avoue que quand, pour la première fois, j’ai entendu parlé d’indice glycémique, j’étais un peu perdue parce qu’on ne parle pas que de sucre mais de tous les aliments (oui même les fruits et les légumes) qui agiront de façon différente dans notre corps en fonction de leur indice et de leur charge glycémique. Mais on peut continuer à manger de tout en faisant les bonnes associations donc c’est vraiment intéressant en ce sens.

J’ai acheté ce livre qui explique vraiment bien le fond du problème mais tout en restant dans un langage simple. Je ne saurais que trop vous le conseiller. J’essaierai de faire un article plus développé dessus dans quelques temps.

Autre livre aussi qui est super agréable à lire rien n’est interdit ! Je l’ai littéralement dévoré.

Dans ce livre, tous les sujets sont abordés : du fonctionnement du corps jusqu’aux différents mode de cuisson, de conservation, en passant par les différents type d’aliment et le tout, en couleur avec des illustrations !

Voir la réalité en face est déjà un premier pas pour mieux manger. En effet, on ne peut pas appliquer un régime sans en comprendre le fonctionnement. Mieux manger, c’est aussi dans la tête que ça se passe sinon on reviendra toujours à nos vieux démons.

 

Sur ce, je vous laisse aller faire le tri dans vos placards et à bientôt pour d’autres articles. Notez également que j’essaie de parfaitement équilibrer mes menus, jusqu’au goûter des enfants donc allez y jeter un oeil.  

Et vous, quel est votre ressenti par rapport au sucre ? Avez vous réussi à vous en libérer ? Comment remplacez-vous la récompense sucrée pour vos enfants ? Merci de répondre en commentaire. Cannelle

Et si cet article vous a plu et que vous souhaitez le partager, c’est ici :

Auteur: Cannelle

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Demandez votre guide GRATUIT pour composer vos menus en 30 min. chrono

Ce guide comprend :

- Des astuces simples pour composer vos menus et éviter le gaspillage

- 50 idées de repas faciles prêts en 20 minutes

+ un planning imprimable pour écrire votre menu

Merci pour votre inscription. Rendez-vous dans votre boite aux lettres !

Pin It on Pinterest

Share This